L'Ina en Haute-Normandie

23
jan 2013

Depuis quelques jours, on parle des odeurs qui enveloppent la région de Rouen et remontent la Seine. L’origine de cette gène est une fuite de gaz de Mercaptan à l’usine Lubrizol. Habituellement, ce composant est utilisé pour “odoriser” le gaz de ville et prévenir des explosions.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle fuite se produit. En 1975, l’émission “Le Petit Rapporteur” enquête à Rouen sur l’odeur suspecte qui enveloppe la ville. Daniel Prevost, une pince à linge sur le nez, suppose que l’odeur provient du maire. Mais cet incident fut dramatique avec la mort d’une personne asthmatique. 

Au procès du directeur de l’usine en 1976, le procureur relevait qu’il ne fallait plus que cela recommence.

En 1988 et en 1989, du gaz Mercaptan s’échappe encore sur la ville.

En dédommagement, l’usine offre 80 arbres à la ville de Petit-Quevilly touchée par ce gaz.

Un exercice d’incendie est médiatisé en 1997. Il pointe des imperfections dans la gestion de crise notamment dans l’information donnée à la presse.

Pour la fuite de janvier 2013 qui a touchée Paris et l’Angleterre, on peut se demander quels seront les dédommagements. La plantation d’arbres serait d’une toute autre ampleur…

addthis Partager l'article | Facebook Twitter Digg Delicious Y! Buzz

Laissez un commentaire

Code Anti-Spam